Apprendre l’anglais quand on est enfant aujourd’hui, c’est facile, Même plus la peine de prendre des cours, tellement « has-been ». Même pas la peine de suivre les épisodes de Carla and Mr Boldy (ICI), car on peut aussi regarder Peppa Pig ICI et In the Night Garden (ICI)

Il est possible de commencer à apprendre l’anglais à six mois. L’enfant commence à développer son langage maternel et à entendre en même temps, dans ses jeux, des structures en langue anglaise. « A black horse » accompagné du hennissement qui va bien, mais qui va surtout rendre les parents hystériques au bout de 15 jours. « A yellow dog » Whaa whah (avec le son)…Mais ne vous y trompez pas, c’est comme ça que les enfants commencent à développer leur capacité à associer le langage avec les animaux, en l’occurrence. Non seulement, ils comprennent immédiatement la structure qualificative de la phrase et pourront immédiatement la transposer à d’autres situations associées. Je vous passe les détails de la construction syntaxique de la langue anglaise, mais s’il faut retenir quelque chose, c’est bien le fait de positionner votre enfant dans un bain linguistique quelque soit son âge. Après, il va naturellement associer dans le bon ordre les structures dont il aura fait l’acquisition sans s’en rendre compte.
Alors pour les parents sur le point de péter les plombs, il est possible d’atténuer le son émis par les jouets avec du scotch, le mieux étant encore d’attendre que les piles rendent l’âme…. Et les remplacer très rapidement, pour le plus grand bonheur du développement linguistique de votre enfant.

Les jeux sont le meilleur biais pour sensibiliser les enfants à leur insu… Leur cerveau va emmagasiner les sons et pourra les réutiliser de manière naturelle. Je me souviens de notre fille qui s’amusait avec le petit téléphone de sa table de jeu, à composer des numéros imaginaires tout en épelant les chiffres un à un. C’est la répétition des structures et de leur organisation qui s’impriment dans le cerveau et ressortent de manière naturelle lorsque ces structures sont sollicitées. L’enfant n’aura pas besoin de comprendre l’organisation grammaticale de la phrase en anglais, et penser à placer l’adjectif avant le nom. Pour lui, ce sera naturel, pour les autres il faudra chaque fois faire l’effort pour s’extirper de la structure grammaticale française.

L’exemple le plus probant que l’on puisse fournir aux adultes est de leur demander s’ils comprennent le mot: « Dog » ? En règle générale, tout le monde connait sa signification. Pas besoin de passer par le mot français chien pour se représenter l’image de l’animal dans son cerveau. Pour votre enfant, ce sera exactement la même chose, il va associer un son, une image avec la structure qu’il va entendre des centaines de fois. On se trouve alors bien, dans un bain linguistique semblable à une période d’immersion à l’étranger.

Cliquez sur l’image pour plus d’informations

 

Chicco Mon Ourson Bilingue

Attention toutefois à bien vérifier que le niveau d’anglais des jeux que vous allez choisir soit suffisamment correct pour répondre à vos attentes. Je vous ai retrouvé la liste des jeux et jouets qui ont fait le bonheur de notre fille pendant ses cinq-six premières années.

Il est impératif de privilégier l’aspect oral de l’apprentissage d’une langue et de repousser, autant que faire se peut, l’introduction de l’écrit qui va polluer les acquis linguistiques accomplis en amont. Dans les pays scandinaves, encore eux, l’introduction de l’écrit n’a lieu qu’à l’âge de 12 ans, c’est-à-dire en 5ème. En maternelle, en classe primaire, et la première année de collège, les enfants ne font qu’écouter et produire oralement. Comme nous le faisons d’ailleurs avec l’apprentissage de notre langue maternelle. On laisse entre zéro et six ans, en France, le temps à l’enfant d’acquérir sa langue maternelle oralement, alors pourquoi ce n’est pas la même chose avec les langues étrangères ? Parce que l’on veut aller trop vite, parce que le système français ne peut envisager un apprentissage, quel qu’il soit, sans une once de difficulté. En France, on n’apprend pas en s’amusant, il faut en baver… Héritage de notre culture. Et c’est la même chose pour le travail, on n’a pas bien travaillé pas si l’on n’a pas sué.
Alors vous, qui, comme moi, pensez que les choses ont évolué, vous aller créer un espace linguistique pour votre enfant, vous allez lui lire des comptines en anglais si vous pensez que votre niveau d’expression orales est suffisant, ou lui faire écouter des petites histoires amusantes.

Cliquez sur l’image pour plus d’informations

 Jouet Musical – Do, Ré, Mi Super Livre Enchanté – Bleu

Vous allez découvrir que votre enfant sera demandeur de ces situations avec vous, donc n’hésitez pas à les répéter aussi souvent que vous le pouvez, car c’est dans la répétition oral que « l’impression structurelle » de la langue s’effectue. (j’entends par impression, l’acquisition définitive des structures linguistiques dans le cerveau.) Il faut apprendre des expressions et des phrases entières, pas du vocabulaire isolé, Encore moins des structures grammaticales inutiles car impossibles à solliciter dans les échanges oraux car ça va trop vite, tout simplement… Mais je crois que je m’égare…

Donc, tant que vous le pouvez, retenez votre enfant d’associer l’oral avec l’écrit. Je me souviens lorsque nous avions notre petite école d’anglais pour enfants à Besançon, au cours d’une activité, on décrivait les structures d’une maison en s’appuyant sur une vidéo, tous les enfants connaissaient parfaitement le vocabulaire associé, mais lorsque j’ai montré les mots écrits pour exprimer les murs (the walls), et qu’ils ont pu lire le mot « Walls », la représentation de l’écrit est passée devant la représentation orale et par la suite, en testant les acquis,  j’ai pu découvrir que certains enfants prononçaient phonétiquement « valse » (comme la danse ou le nom de l’ancien premier ministre) alors que tout allait bien jusque là. Nous sommes donc ici dans la démonstration de la particularité de notre enseignement à la française. Et comme l’anglais est encore majoritairement enseigné comme les maths et le français, peu de nos têtes blondes, brunes, crépues ou rousses, n’ont envie de découvrir la magie des langues vivantes.
Les choses changent certainement, les collègues instituteurs font ce qu’ils peuvent pour faire passer ce qu’ils savent alors que le primaire est le lieu de toutes les expériences, c’est là qu’il faut profiter de l’ouverture du cerveau des enfants pour les sensibiliser naturellement aux langues étrangères. Mais vous parents, dont le souci est d’apporter les meilleures conditions à vos enfants, commencez par les jouets bilingues, je vous ai préparé la liste de ceux qui nous ont accompagnés pendant des années.

Cliquez sur l’image pour plus d’informations

Fisher-Price Jouet d’éveil premier age Table Rires Et Eveil Bilingue

Et ensuite dans les années qui suivent, il faut entretenir toutes ces acquisitions avec des films, des séries ou des jeux:

Cliquez sur l’image pour plus d’informations

 

 

 

 

 

 

Memotep – Le Jeu De Langue (pour pratiquer en famille, ou entre amis)

 

LE SMARTPHONE BILINGUE

LA TABLETTE BILINGUE

Cliquez sur l’image pour plus d’informations

Boldy2803

View all posts

Add comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *